Nucléaire :
le dessous des cartes

Conférence-débat avec Olivier Deleuze, lundi 20 juin à 20 heures, à la salle Li Vî Quarem à Berloz (Corswarem).

Publié le mercredi 8 juin 2011

L’Allemagne vient de décider de revenir sur sa décision de prolonger la durée de vie de ses réacteurs et a choisi de se passer définitivement du nucléaire à partir de 2022 au plus tard. Quelques semaines plus tôt, la Suisse a pris la même décision. Les Italiens viennent de se prononcer par référendum contre la relance du programme nucléaire. A quand la Belgique ?

A côté des accidents nucléaires qui frappent l’opinion, tels que Fukushima ou Tchernobyl, n’oublions pas le problème des déchets. Chacun des réacteurs de Tihange génère environ 250 m3 de déchets radioactifs par an, dont 25 % de déchets moyennement et hautement radioactifs. Parmi ceux-ci, le plutonium-239 reste radioactif pendant au moins 240 000 ans ! soit une période aussi longue que celle qui nous sépare du Neanderthal [1].

Certes, se passer totalement du nucléaire ne sera pas facile. Mais la bonne nouvelle, c’est qu’on peut déjà commencer par fermer les trois plus vieux réacteurs en Belgique, sans risquer une pénurie d’électricité, grâce au développement des énergies renouvelables.

Pour vous en convaincre, la locale Ecolo de Berloz organise, en partenariat avec celles de Geer, Hannut et Waremme, une conférence-débat intitulée « Nucléaire : le dessous des cartes », lundi 20 juin 2011 à 20 heures, à la salle Li Vî Quarem à Berloz (Corswarem). Avec, en invité :
- Olivier Deleuze (député fédéral et chef de groupe Ecolo),
- et Julien Vandeburie (conseiller politique Ecolo sur les question d’énergie et de climat).

[1] Source : « Déchets nucléaires, aucune solution en vue », La Quinzaine, Jean-François Fauconnier

A télécharger

Affiche de la soirée
Document PDF - 121.3 ko - ouvrir document